Contemporain

« Du côté des indiens » d’Isabelle Carré

Résumé :

« Il s’est trompé, il a appuyé sur la mauvaise touche, pensa aussitôt Ziad. Il ne va pas tarder à redescendre… Il se retint de crier : “Papa, tu fais quoi ? Papa ! Je suis là, je t’attends…” Pourquoi son père tardait il à réapparaître ? Les courroies élastiques de l’ascenseur s’étirèrent encore un peu, imitant de gigantesques chewing gums. Puis une porte s’ouvrit là haut, avec des rires étranges, chargés d’excitation, qu’on étouffait. Il va comprendre son erreur, se répéta Ziad, osant seulement grimper quelques marches, sans parvenir à capter d’autre son que celui des gosses qui jouaient encore dans la cour malgré l’heure tardive, et la voix exaspérée de la gardienne qui criait sur son chat.
Son père s’était volatilisé dans les derniers étages de l’immeuble, et ne semblait pas pressé d’en revenir. »

Ziad, 10 ans, ses parents, Anne et Bertrand, la voisine, Muriel, grandissent, chutent, traversent des tempêtes, s’éloignent pour mieux se retrouver. Comme les Indiens, ils se sont laissé surprendre ; comme eux, ils n’ont pas les bonnes armes. Leur imagination saura-t-elle changer le cours des choses ? La ronde vertigineuse d’êtres qui cherchent désespérément la lumière, saisie par l’œil sensible et poétique d’Isabelle Carré.

Mon avis :

Un abandon d’écoute. J’ai trouvé que tout cela était bien brouillon et complètement décousu…on saute d’une histoire à l’autre et on s’y perd carrément !

On commence avec le point de vue du petit garçon, Ziad, qui se rend compte que son père est très très intéressé par la voisine du dessus. Puis après on part dans la vie de cette fameuse voisine qui n’apporte pas franchement de billes à l’histoire. Puis l’autrice parle du père. Puis de nouveau on saute au gamin qui tisse un lien amicale avec cette voisine. Puis on saute de nouveau à la mère du gamin…Bref…ça part dans tous les sens.

Les personnages sont survolés, les thèmes abordés bien qu’intéressants au premier abord (adultère, harcèlement dans le monde du cinéma, l’errance amoureuse…) ont fini par me lasser tant les nouvelles se croisent maladroitement et j’ai complètement perdu le fil. Pour mon premier roman d’Isabelle Carré, je suis fortement déçue.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s