Contemporain

« Là où chantent les écrevisses » de Delia Owens

Résumé :

Pendant des années, les rumeurs les plus folles ont couru sur « la Fille des marais » de Barkley Cove, une petite ville de Caroline du Nord. Pourtant, Kya n’est pas cette fille sauvage et analphabète que tous imaginent et craignent.
A l’âge de dix ans, abandonnée par sa famille, elle doit apprendre à survivre seule dans le marais, devenu pour elle un refuge naturel et une protection. Sa rencontre avec Tate, un jeune homme doux et cultivé qui lui apprend à lire et à écrire, lui fait découvrir la science et la poésie, transforme la jeune fille à jamais. Mais Tate, appelé par ses études, l’abandonne à son tour. La solitude devient si pesante que Kya ne se méfie pas assez de celui qui va bientôt croiser son chemin et lui promettre une autre vie. Lorsque l’irréparable se produit, elle ne peut plus compter que sur elle-même…

Mon avis :

Roman lu dans le cadre du jury Audiolib, c’est avec plaisir que je me suis enfoncée dans les marais sauvages de Caroline du Nord à la rencontre de Kya, jeune petite sauvageonne de 6 ans. Abandonnée par une mère depressive puis par tous ses frères et sœurs fuyant la violence, Kya se retrouve seule avec son père alcoolique et maltraitant pour seule compagnie. Livrée à elle-même, elle fait du marais et de ses animaux, sa famille de cœur et son refuge. Quand son père fini lui aussi par ne plus rentrer, elle se terre loin des hommes et de la ville qui lui sont hostiles et apprend à se débrouiller et à survivre seule. C’est alors qu’elle fait la connaissance de Tate, un jeune homme de la ville, de quelques années son ainé qui lui apprend à lire.

Parallèlement à cela, on suit une enquête sur un meurtre qui a eu lieu quelques années plus tard. On se rend vite compte qu’il y a un lien entre Chase, le jeune homme retrouvé mort et la Kya adolescente dont nous suivons le parcours. Si j’ai été réellement charmée par la voix de la narratrice Marie Du Bled, qui conte avec douceur cette histoire, j’ai été moins happée par la seconde partie de l’histoire de Kya que j’ai trouvée longue et laborieuse. J’ai aimé cette immersion dans le marais, les descriptions de la nature sont magnifiques et d’une justesse infinie (l’autrice est zoologiste et biologiste) mais l’intrigue et le dénouement final ne m’ont finalement pas emballée plus que cela. C’est donc un avis mitigé pour ce roman. Comme pour « Betty » de Tiffany Mc Daniel (je trouve d’ailleurs qu’il y a énormément de similitudes entre les deux histoires), je n’ai pas accroché à ce roman qui n’a que des avis dithyrambiques. Je dois être difficile !

2 commentaires sur “« Là où chantent les écrevisses » de Delia Owens

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s