Historique·Polar, Thriller·Théâtre

« Les veuves de Malabar Hill » de Sujata Massey

malabar

je recommande

Résumé :

Perveen Mistry travaille dans le cabinet d’avocats de son père, devenant la toute première femme avocate en Inde.
Un statut qui ne manque pas de faire débat, alors que les femmes ne sont pas encore autorisées à plaider au tribunal…
Mais quand un meurtre est commis dans une riche maison musulmane pratiquant la purdah (séparation stricte des femmes et des hommes), elle est la seule à pouvoir mener l’enquête.

Faisal Mukri a été retrouvé poignardé à Malabar Hill, chez son ancien employeur, Omar Farid, un riche marchand, lui-même décédé quelques semaines auparavant. Les potentielles témoinsdu crime sont ses trois veuves, vivant recluses dans une partie de la maison interdite aux hommes.

Perveen arrivera-t-elle à comprendre ce qui s’est réellement passé ?

Mon avis :

Une vraie découverte que ce roman singulier qui mélange à la fois la vie d’une jeune Indienne dans les années 20 cherchant à s’émanciper et à trouver sa voie dans un pays patriarcal, où les traditions ancestrales peuvent parfois choquer et une enquête sur un meurtre s’étant déroulé dans le monde fermé des hindous musulmans pratiquant la séparation stricte des hommes et des femmes.

Dès le début de ma lecture j’ai adoré me plonger dans cette Inde qui sent bon les gâteaux sucrés, le thé au gingembre et à la cardamome et les couleurs chatoyantes des saris. Perveen, l’héroïne, m’a de suite plu. J’ai aimé son caractère rebelle, sa volonté, portée par sa famille avant-gardiste, de mener à bien ses études de droit pour être la première femme avocate de Bombay. Mais j’ai aussi frémi devant les réactions arriérées et malveillantes des hommes de ces années-là, les mariages arrangés, les belles-mères maltraitantes, les coutumes ancestrales folles…Dans le roman, nous sommes dans les années 20, je ne suis pas sûre que tant de choses aient changé depuis.

Si j’ai aimé cette partie-là du roman racontant la vie de la Perveen adolescente, étudiante et jeune femme mariée, j’ai un peu moins adhéré au côté « enquête ». Je l’ai trouvé parfois indigeste dans les termes et les procédures de droit musulman (pourtant nécessaire à la compréhension de l’intrigue) mais ça ne m’a pas passionné plus que ça. Malgré tout j’ai appris énormément de choses sur cette coutume de la « purdah » isolant totalement les femmes des hommes et du reste du monde. Je connaissais les femmes qui portent la burqa à l’extérieur pour ne pas être vues des hommes mais je ne savais même pas que ça pouvait exister à l’intérieur des maisons avec des murs ajourés, des couloirs spécifiques, des rideaux…absolument dément…

C’est donc une lecture, même si elle m’a paru parfois longue, qui m’a beaucoup éclairée sur l’Inde et la condition des femmes dans les années 20. Si vous aimez l’Inde et les histoires de femmes résilientes, partez à la découverte de Perveen et de son sacré caractère !

malabar 2

Un commentaire sur “« Les veuves de Malabar Hill » de Sujata Massey

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s