Historique·Polar, Thriller

« Le Dernier Hyver » de Fabrice Papillon

hyver

coup de coeur

Résumé :

On dit que l’hiver vient. Peut-être le dernier pour les porteurs du chromosome Y…

Août 415 après J-C. : La ville d’Alexandrie s’assoupit dans une odeur âcre de chair brûlée. Une femme, Hypatie, philosophe et mathématicienne d’exception, vient d’être massacrée dans la rue par des hommes en furie, et ses membres en lambeaux se consument dans un brasier avec l’ensemble de ses écrits.
Cet assassinat sauvage amorce un engrenage terrifiant qui, à travers les lieux et les époques, sème la mort sur son passage. Inéluctablement se relaient ceux qui, dans le sillage d’Hypatie, poursuivent son grand œuvre et visent à accomplir son dessein. Partout, des expériences sont menées au fond des caves, au cœur des forêts, dans le secret de foyers reculés.
Juillet 2018 : Marie, jeune et brillante biologiste, stagiaire à la police scientifique, se trouve confrontée à une succession de meurtres effroyables, aux côtés de Marc Brunier, homme étrange et commandant de police de la prestigieuse  » crim  » du Quai des Orfèvres. Peu à peu, l’étudiante découvre que sa propre vie entre en résonance avec ces meurtres.
Est-elle, malgré elle, un maillon de l’histoire amorcée à Alexandrie quinze siècles auparavant ? Quel est ce secret transmis par Hypatie et au cœur duquel se retrouve Marie ? L’implacable destin peut-il être contrecarré ou  » le dernier Hyver  » mènera-t-il inéluctablement l’humanité à sa perte ?

Mon avis :

J’ai lu ce livre dans le cadre du Jury pour le Meilleur Polar Points 2018 et c’est, pour moi, une excellente découverte car je n’avais absolument pas entendu parler de ce roman avant. Et je serais passée à côté d’une sacrée bonne lecture !

Tout d’abord je classerais ce roman dans le genre polar-historico-scientifico-ésotérique…Ouais je sais, ça fait beaucoup ! Fabrice Papillon signe ici un roman dans la veine du Da Vinci Code (deux petits clins d’œil d’ailleurs dans le roman) mais , si ce dernier avait des défauts assez significatifs, comme des enquêtes et des décodages plutôt improbables (mais tout de même addictifs si je me rappelle ma lecture frénétique à l’époque), « Le Dernier Hyver » arrive à rendre le tout très plausible. Il faut dire que le roman est extrêmement bien documenté. Que de mois de recherches l’auteur a-t-il dû passer pour regrouper toutes ces informations, à tramer cette intrigue diabolique et qui tient la route ! C’est brillant .

Nous sommes en 2018, deux meurtres ont eu lieu. Une victime est retrouvée dans une boutique Hermès à Paris. L’autre sur les ruines du temple de Mercure en haut du Puy-de-Dôme. Deux meurtres en rapport avec la Mythologie. Des victimes mutilées et torturées comme sous l’Inquisition. Quel rapport me direz-vous?

Pour comprendre, l’auteur nous entraine à travers l’Histoire : d’Hypatie, première philosophe et mathématicienne grecque, à Léonard De Vinci, en passant par Elisabeth Ière, Reine d’Angleterre, Isaac Newton, Emilie du Châtelet, Marie Curie ou Rosalind Franklin qui a découvert l’ADN. A chaque chapitre, nous trouvons des indices qui nous permettent de comprendre les évènements actuels. L’auteur nous embarque à travers les mystères de l’alchimie, de la franc-maçonnerie, de la biogénétique. On se prend au jeu très vite dans cette intrigue diantrement amenée et menée. Nous suivons en parallèle, l’enquête qui continue à évoluer grâce aux déductions de Brunier, commandant au cœur aussi grand que ses failles et Marie, stagiaire plus que mystérieuse. Que cache-t-elle?

Même si, au début, j’ai eu un peu de mal à naviguer entre les différents chapitres mêlant Histoire et enquête, j’ai rapidement trouvé mon rythme et ce roman est vite devenu un page-turner très addictif. La plume est fluide et j’ai apprécié le haut niveau de langage, sans jamais être pompeux, qui cohabite parfaitement avec celui, parfois trivial de certains personnages. En plus d’emmagasiner de nombreuses informations historiques (que je complétais à chaque fois par des recherches sur internet… forcément la lecture prend plus de temps comme ça, mais j’aime comprendre !), j’ai également appris de nombreux mots de vocabulaire et c’était passionnant. Le rythme est soutenu et à aucun moment je ne me suis ennuyée durant les plus de 600 pages du roman.

Un polar résolument féministe qui rend hommage aux Femmes qui ont fait avancer l’Histoire malgré les bâtons que notre société patriarcale a pu mettre dans leurs roues. Un polar qui leur redonne leurs places et qui nous questionne aussi sur les questions d’égalité, sur tout ce qu’il reste à faire à ce niveau mais aussi sur certaines dérives. Si je suis moi-même féministe, j’espère juste que le dénouement du livre ne soit pas prémonitoire…Mais qui sait?

 

Un commentaire sur “« Le Dernier Hyver » de Fabrice Papillon

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s