Psychologie, Bien-être, Vie pratique

« Trop intelligent pour être heureux? : l’adulte surdoué » de Jeanne Siaud-Facchin

intelligent.jpg

je recommande

Résumé :

Et si l’extrême intelligence créait une sensibilité exacerbée ? Et si elle pouvait aussi fragiliser et parfois faire souffrir ?

Être surdoué est une richesse. Mais c’est aussi une différence qui peut susciter un sentiment de décalage, une impression de ne jamais être vraiment à sa place.

Comment savoir si on est surdoué ? Comment alors mieux réussir sa vie ? Comment aller au bout de ses ressources ?

Ce livre permet de mieux comprendre et de réapprivoiser sa personnalité. Pour se sentir mieux avec soi et avec les autres, pour se réaliser enfin.

Mon avis :

Alors certes, je ne vais pas vous mentir, il m’a fallu aller au delà du titre que je trouve fort présomptueux, mais en ayant fini le livre « Je pense trop » de Christel Petitcollin en juillet et en m’étant reconnue dans une grande part des exemples abordés, j’avais besoin d’approfondir encore le sujet sur la surefficience et la surdouance.

Ce livre met des mots sur certaines « souffrances » que les adultes (et enfants) dits surdoués peuvent supporter durant des années sans les comprendre : entendez par là se faire des nœuds à la cervelle sans arrêt (anticiper avec des scénarii certaines situations, se poser foultitude de questions sur la vie, son but…) et être hyperesthésique (un développement extrême de leurs perceptions : voir plus de détails, voir les mots en couleurs, suivre plusieurs conversations en même temps, être hypersensible aux sons, odeurs, aux émotions des autres…).

Ce livre donne une définition très juste du terme « surdoué ». J’avoue qu’avant ces lectures, j’avais une idée préconçue du surdoué : pour faire court et très stéréotypé, je m’imaginais un petit binoclar ultra doué en maths complètement associable et parfois arrogant…c’est un peu ce qu’on voit dans les films, non?

Ici, on comprend que, non, être surdoué, ce n’est pas forcément être doté d’une intelligence supérieure mais d’une intelligence différente des autres mais c’est aussi avoir cette hypersensibilité quotidienne qui rend vulnérable. Ils sont plus lucides que les autres et cette lucidité sur le monde peut les rendre malheureux. Sachez que la totalité des surdoués ne s’avoueront jamais qu’ils ont une plus grande intelligence. Seul peut-être percevront-ils leur faculté d’adaptation, de compréhension, qui est plus grande et plus rapide grâce à leur pensée en arborescence, leur facilité à ressentir certaines choses plus intensément que les autres, à être clairvoyants / lucides, mais jamais, oh grand jamais ils ne se penseront plus ou différemment intelligents car, à cause d’un grand manque de confiance en eux, ils se remettent constamment en question.  Certains ont d’ailleurs d’énormes difficultés scolaires et sociales…

L’autrice nous explique que les capacités du cerveau des surdoués peuvent engendrer de nombreuses choses négatives (échec scolaires, exclusion, solitude, ennui…) mais elle donne aussi des clés pour transformer ces facultés en outils permettant de rendre le quotidien plus positif. La grande créativité des surdoués qui est une capacité à trouver des idées neuves et variées, l’autocritique qui permet de se remettre en question et d’avancer peuvent en être des exemples.

A noter que tous les surdoués ne connaissent pas des échecs scolaires, professionnels ou sociaux. Certains (et surtout les filles) réussissent à mener une vie scolaire et professionnelle normale voire brillante en ayant, ce que moi j’appellerais, « le syndrome de la bonne élève ». On attend de moi que je fasse bien, donc je le fais. Chez les femmes, le problème se situe bien souvent dans le côté sentimental. Elles font peur, semblent froides, indépendantes, dominatrices et peu sensibles. Elles sont tout le contraire mais ce masque de protection fonctionne à leurs dépens.

C’est un livre très accessible. Un petit bémol pour l’organisation …on saute souvent du coq à l’âne et parfois il y a une impression de redondance sur certains thèmes. Mais cela reste un livre efficace pour trouver des réponses à nos propres comportements ou ceux de nos proches.

 

 

4 commentaires sur “« Trop intelligent pour être heureux? : l’adulte surdoué » de Jeanne Siaud-Facchin

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s