Polar, Thriller

« Code 93 » d’Olivier Norek

NOREK2.jpg

j'ai adoré

Résumé : 

Victor Coste est capitaine de police au groupe crime du SDPJ 93. Depuis quinze ans, il a choisi de travailler en banlieue et de naviguer au cœur de la violence banalisée et des crimes gratuits.

Une série de découvertes étranges – un cadavre qui refuse de mourir, un toxico victime d’autocombustion – l’incite à penser que son enquête, cette fois-ci, va dépasser le cadre des affaires habituelles du 9-3.

Et les lettres anonymes qui lui sont adressées personnellement vont le guider vers des sphères autrement plus dangereuses…

Mon avis :

C’est sans surprise que je mets un « j’adore » pour ce polar d’Olivier Norek. J’avais un peu peur suite à mon énorme coup de cœur pour « Entre deux mondes », d’être déçue par les autres ouvrages de l’auteur. Ce n’est pas le cas, et je suis rassurée!

Dans ce premier roman, nous faisons la connaissance de Victor Coste, capitaine de police, qui m’a tout de suite paru attachant. Il a tout du flic qu’on a envie d’aimer. Il est intelligent, protecteur, droit et intuitif. Pourtant les failles sont là, on le découvre au fil de la lecture et cela le rend touchant.

J’ai adoré me trouver au centre de l’enquête comme si je faisais partie de l’équipe de Coste au sein de la PJ. J’ai pris beaucoup de plaisir a rencontrer mes nouveaux collègues, à partager leur humour corrosif, à partir en planque, à me retrouver sur les scènes de crimes (vous connaissez maintenant ma passion pour la psychologie des tueurs) ou les scènes d’autopsie. L’auteur étant un vrai flic, on sait que l’enquête et le fond politique sont tirés de faits réels ce qui lui donne un goût particulier à la lecture. L’impression d’être un peu privilégiée et de savoir ce qui se passe en dessous. Ce qui est amusant c’est que pendant tout le roman j’ai eu l’impression de naviguer entre le film « De l’autre côté du periph » et la série « Engrenages » que j’avais adoré regarder. Je n’ai donc pas été surprise quand j’ai lu qu’Olivier Norek avait participé à l’écriture de la saison 6.

Autre point positif également : le méchant. On n’attend pas les 3 dernières pages pour le découvrir. On prend le temps de le voir venir, de le comprendre, de savoir comment il fonctionne, comment il pense, et pourquoi il passe à l’acte.

Le rythme est très bon, les chapitres sont courts, ce qui rend la lecture dynamique. Je ne me suis pas ennuyée une seconde et j’étais toujours dans l’attente de la suite. Résultat c’est un roman qui se dévore! Et j’avoue, j’ai déjà commencé la suite : « Territoires ».

 

8 commentaires sur “« Code 93 » d’Olivier Norek

  1. Excellent Norek 😍 On sent particulièrement la sincérité dans ses descriptions des ambiances et des procédures (normal avec son vécu) et ce côté authentique avec cet humour détonnant, ça fait forcément mouche…

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s